On mange mieux
quand on est curieux
On mange mieux
quand on est curieux

Youpi ! Il fait ses nuits

Agité ou calme, le sommeil du nourrisson évolue au fil des semaines. Bien dormir, c’est aussi bien grandir et, pour Bébé, rien ne vaut une bonne nuit de sommeil. C’est peu à peu que son rythme se met en place et il faudra plusieurs mois pour qu’il « fasse ses nuits ».

Le sommeil du nourrisson

Bébé s’agite, bouge les jambes, ouvre la bouche, la referme, puis pousse un petit cri : pourtant, il dort ! Les nourrissons, un peu comme les adultes, alternent sommeil calme et sommeil agité ; simplement, ces cycles ont une durée et une fréquence différente. Leurs cycles du sommeil ne durent que 1h entre 0 et 3 mois ; 50 à 60 % du sommeil est agité. « Par nuit, à 3 mois, un enfant peut avoir jusqu’à 8 micro-réveils qui peuvent durer quelques minutes », confirme le docteur Karine Garcette, gastro-pédiatre.

 

Le rôle du sommeil

On le regarde avec attendrissement, il est calme à nouveau, sourit aux anges et respire avec régularité. Grâce au sommeil, environ 15h par jour vers l’âge de 3 mois, Bébé récupère physiquement, produit des hormones de croissance, enregistre ce qu’il a fait dans la journée, mémorise de nouvelles activités. Si certains enfants dorment moins que d’autres, pas d’inquiétude excessive à avoir, le développement psychomoteur n’est pas uniquement lié à un bon sommeil, même si celui-ci est très important.

Cf site https://sommeil.univ-lyon1.fr/articles/challamel/sommenf/horloges.php

 

Petits trucs pour une nuit réussie

Pour que Bébé fasse ses nuits, on met toutes ses chances de son côté. Son lit a un fond plat et solide, et le matelas est bien adapté et ferme. Il n’y a pas d’oreiller, pas de couverture, ce qui lui permet de dormir bien à plat, sans déformer son dos et il ne risque pas de s’étouffer en passant la tête par-dessous. La nuit, il dort dans l’obscurité, rideaux et volets fermés. Si la chambre parentale est calme, il peut dormir avec nous, ce qui est rassurant, mais, après 3 mois, mieux vaut qu’il ait sa propre chambre, si c’est possible bien sûr.

Source : Recommandation de la SFP

Son lit a un fond plat et solide et le matelas est bien adapté et ferme.

 

Objectif : Bébé fait (fera) ses nuits !

On est bien obligés de l’avouer, en ce moment, c’est la grosse fatigue ! On aimerait tant qu’il fasse ses nuits, mais le petit loup n’arrête pas de pleurer, a du mal à s’endormir ou se réveille souvent. A nous de nous poser les bonnes questions : a-t-il assez mangé ? A quelle heure a-t-il mangé ? Il a peut-être des coliques, un problème de digestion… Bébé pleure aussi parfois pour se libérer des tensions accumulées. On le prend dans les bras, on le berce, il se sent rassuré. Patience, une vraie nuit, c’est pour bientôt…

Bien manger, bien digérer, bien dormir

Avec 8 à 10 tétées par jour, le système digestif du bout de chou est vraiment sollicité. Ces nombreuses prises alimentaires sont néanmoins nécessaires pour bien grandir. Allongé dans son lit, il grimace et a parfois du mal à dormir, un filet de lait coule de sa petite bouche : c’est une régurgitation. Les régurgitations sont fréquentes et bénignes. Elles sont plus courantes juste après les tétées et il vaut mieux maintenir alors son bébé assis ou à la verticale.

 

Les coliques et pleurs excessifs...

Parfois, Bébé pleure, il replie ses jambes, il a des gaz ou est gêné par un rot. C’est peut-être une crise de coliques ? Elles apparaissent souvent 3 semaines après sa naissance et disparaissent vers l’âge de 3 mois, ou un peu plus tard. Parfois, il pleure sans cesse et semble inconsolable.

« Ces pleurs excessifs sont souvent liés à des facteurs psycho-sensoriels.  Le bébé réagit à différents stimuli de manière exagérée, qu’ils soient d’origine digestive ou non », explique le docteur Karine Garcette, gastro-pédiatre. Ces pleurs sont souvent plus fréquents le soir, souvent interprétés comme un malaise digestif, mais signes d’une hyper-activité de fin de journée.

Pour calmer bébé, on lui masse le ventre en effectuant des mouvements circulaires, dans le sens des aiguilles d’une montre, ou on le berce doucement en l’installant sur notre avant-bras, sa tête dans le pli du coude. Le portage est important. Pourquoi ne pas sortir, dans le jardin, par exemple ? L’air embaume, la marche berce le petit, il retrouve des sensations qu’il a connu in utero…

 

… la constipation aussi

Bébé a peut-être un peu de mal à aller à la selle ? Si ses selles sont peu fréquentes ou trop dures, c’est qu’il est constipé. Pas facile dans ces conditions de bien dormir ! Les solutions ? Demander conseil à son pédiatre. Si on lui donne le sein, on veille à son alimentation, variée et équilibrée.

Vers un nouveau rythme de sommeil

Vers 3 mois, selon l’évolution du rythme alimentaire et le poids de Bébé, on peut commencer à mettre en place des plages de sommeil nocturne plus longues. Ce changement progressif, aidé par le rituel du coucher, va lui permettre de faire ses nuits.

 

Une petite nuit pour commencer

Entre 2 et 3 mois, Bébé fait désormais un bon poids, il fait plaisir à voir ! Ses prises alimentaires deviennent régulières et il est capable, naturellement, de les espacer. Progressivement, il va pouvoir tenir jusqu’à 6 heures sans manger la nuit. Reste à tenter de le faire dormir… la nuit ! En fonction de l’enfant et de son rythme, on peut le coucher à 22h, après la tétée ou le biberon, et voir s’il arrive à dormir sans se réveiller jusqu’à 3h ou 4h du matin. Au fil des semaines, il devrait dormir de plus en plus longtemps.

 

Le rituel du coucher

Bébé a pris l’habitude de s’endormir dans nos bras après le biberon, c’est trop mignon ! Oui, mais ce n’est pas conseillé car « lorsqu’il se réveillera dans la nuit, il voudra retrouver les mêmes sensations qu’il aura eues à l’endormissement », souligne le docteur Karine Garcette, gastro-pédiatre. A nous donc de mettre en place un rituel du coucher. On installe bébé dans son lit, il est apaisé, serein et s’endormira progressivement seul.

 

Bébé pleure au milieu de la nuit…

Il est 2h du matin, Bébé pleure, on bondit de son lit, prête à aller le consoler et le prendre dans les bras ! Pourtant, il va falloir résister, au moins quelques minutes. Un nourrisson qui se réveille peut chouiner ou pleurer et se rendormir naturellement. Les pleurs peuvent durer en général 5 minutes. 5 minutes, c’est long, une éternité, il a l’air si malheureux… Allez, on tient bon, il a bien mangé dans la journée, il n’est pas malade. Déjà, on n’entend plus rien, il dort.

Un nourrisson qui se réveille va naturellement se mettre à pleurer.

 

… ou le soir

A cet âge, le rythme de la journée se met en place progressivement, se basant sur les prises alimentaires, régulières et de plus en plus espacées, les jeux, les échanges. La lumière du jour, l’obscurité y contribuent également. On va le voir dans sa chambre, sans le prendre dans les bras, sans allumer la lumière, en parlant tout doucement, sans stress. « Il faut aussi et surtout que les parents soient sereins pour le rassurer et l’aider à s’endormir », souligne le gastro-pédiatre Karine Garcette.

Un environnement calme pour Bébé

 

Les trois premiers mois de sa vie, Bébé passe beaucoup de temps dans son lit, et dans sa chambre. Celle-ci est prête, bien au calme, mais pas trop éloignée de la nôtre. Qu’on lui ait choisi un berceau, un couffin ou le traditionnel lit à barreaux, le petit bout y dormira en toute tranquillité, loin de l’agitation de la rue ou de la maison. Bien sûr, pas de radio ni de télévision à proximité de son lit ! Ni d’ordinateur non plus… Et si, par manque de place, on est obligé de cohabiter, on installe une séparation (paravent ou étagères feront l’affaire).

 

Qu'on est bien dans son lit !

On veut toujours que Bébé ait bien chaud. Mais attention, sa chambre ne doit pas dépasser les 20°C et il est parfois utile d’y installer un humidificateur d’air. Bien allongé sur le dos, sans couverture ni oreiller, le tout-petit respire avec facilité. On ferme les volets la nuit, on les entrouvre dans la journée, cela l’aide à comprendre les rythmes du sommeil et à faire la différence entre le jour et la nuit. Le mobile est au-dessus de son lit, rassurant ; il n’y a pas de bruit, que bébé est bien !

 

Sa chambre

Doudou et Zoé la peluche peuvent passer à la machine à laver, mais pas en même temps, Bébé apprécie le rituel du coucher et d’avoir l’un deux près de lui le rassure. Le lit est bien propre, car la poussière et les acariens peuvent provoquer des allergies dès le plus jeune âge. Tapis et moquettes sont d’ailleurs à éviter dans sa chambre, si c’est possible. On lave le tour du lit ou on passe l’aspirateur régulièrement et on aère la chambre ; le lit de Bébé est loin des radiateurs. Ouf, de l’air frais !

 

Pour un sommeil le plus sain possible

Un environnement calme, c’est aussi un environnement sain, favorable au sommeil. On ne fume pas du tout dans l’appartement ou la maison. On évite aussi de peindre sa chambre alors qu’il y dormira très bientôt, la peinture peut être toxique, tout comme les insecticides ou certains produits ménagers.

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous