fermer la recherche

Le vrai / faux du lait de croissance

A partir de 10 mois, Bébé commence à se tenir debout, il a une alimentation diversifiée… Bref, il devient grand ! A-t-il encore besoin de lait infantile ? Nos expertes , Karine Garcette (pédiatre) et Catherine Bourron-Normand (diététicienne nutritionniste), répondent à vos questions sur le lait de croissance*.

Si mon enfant a une alimentation diversifiée, il n'a pas besoin de boire du lait de croissance* ?

Catherine BOURRON NORMAND :

 FAUX

Une alimentation diversifiée contient une grande variété d’aliments appartenant aux différentes familles, classées comme suit :

  • les produits laitiers
  • les viandes, poissons, œufs
  • les féculents
  • les légumes et fruits
  • les matières grasses
  • les produits sucrés

Ces aliments sont nécessaires pour couvrir les besoins nutritionnels spécifiques de l’enfant jusqu’à 3 ans.  Il a, notamment, d’importants besoins en fer. Les aliments riches en fer sont essentiellement ceux du groupe viande, poisson et œufs. Cependant, chez le petit enfant, les quantités conseillées ne permettent pas de couvrir totalement ses besoins en fer.

Le lait de croissance*, qui appartient au groupe des produits laitiers, a des propriétés adaptées aux besoins spécifiques de croissance des enfants de 1 à 3 ans : une teneur élevée en fer, mais aussi en acides gras essentiels et en vitamine D.

A retenir : la consommation de lait de croissance* s’intègre à une alimentation diversifiée en couvrant les besoins nutritionnels spécifiques liés aux enjeux de croissance de l’enfant.

Il est conseillé de boire du lait de croissance* jusqu’à l’âge de 3 ans.

Karine GARCETTE: VRAI

Le lait de croissance* permet de répondre au mieux aux besoins nutritionnels et à la croissance de l’enfant entre 1 et 3 ans, en complément d’une alimentation diversifiée. Il permet de limiter des carences encore trop fréquentes comme celle  du fer.

Le lait de croissance* est recommandé par le comité de nutrition de la société française de pédiatrie (SFP).

A 18 mois, mon enfant est grand : je peux arrêter le lait de croissance.

Catherine BOURRON NORMAND : 

FAUX

Même si votre enfant vous parait « grand », il conserve des besoins nutritionnels spécifiques liés à sa croissance, comme le développement de son cerveau par exemple, besoins nutritionnels qui justifient de continuer le lait de croissance*.

Le lait de croissance*, en complément d’une alimentation diversifiée, a une composition adaptée en protéines, en acides gras essentiels, en fer, et en calcium. En effet, il contient 2 fois moins de protéines, 20 fois plus de fer, 6 fois plus d’acides gras essentiels, 1 fois et demie plus de calcium et 13 fois plus de vitamine D que le lait de vache ½ écrémé.

En pratique,  si votre enfant consomme 500 ml de lait de vache, et 25 à 30 g de viande ou poisson dans la journée, il aura absorbé deux fois trop de protéines par rapport aux quantités recommandées. En revanche, s’il consomme 500 ml de lait de croissance* et la même quantité de viande ou poisson  que précédemment, il aura reçu la quantité de protéines au plus juste de ses besoins.

Il est préférable de donner du lait de croissance* plutôt que du lait de vache jusqu’à 3 ans?

Karine GARCETTE: VRAI

Les études montrent que 500ml de lait de vache par jour (d’autant plus si le lait de vache est ½ écrémé) ne couvrent pas tous les apports nutritionnels conseillés chez l’enfant après l’âge de 1 an, dans le cadre d’une alimentation diversifiée.

Comparé au lait de vache, le lait de croissance* est notamment (1) :

  • Plus riche en fer,  limitant l’un des déficits nutritionnels  les plus fréquents à cet âge.
  • Plus riche en Oméga 3** indispensables au développement cérébral
  • Plus riche en vitamine D, indispensable notamment  à l’augmentation de la masse osseuse
  • Moins riche en protéines

 

**Acides Alpha – linolénique

  • Ciqual 2016, lait de vache entier et demi-écrémé UHT, lait de croissance infantile liquide
Le lait de croissance*, c'est pour les enfants fragiles.

Catherine BOURRON NORMAND : 

FAUX

Le fait de donner du lait de croissance* contribue à l’équilibre alimentaire  chez tous les jeunes enfants. Il renforce l’apport en fer, il apporte des acides gras essentiels, une quantité adaptée de protéines et de calcium, et il est enrichi en vitamine D.

Les parents me demandent souvent : quel est le rôle du fer ? Et qu’est-ce que les acides gras essentiels ?

  • Le fer est un minéral qui contribue à la fabrication de l’hémoglobine (transport de l’oxygène dans le sang) et de la myoglobine (stockage de l’oxygène dans les muscles) et qui  contribue également au développement du cerveau. Aujourd’hui, un enfant sur deux ne voit pas ses besoins en fer couverts par son alimentation. Ce manque de fer se traduit souvent par de la fatigue et une hausse des risques d’infections.

 

  • Les acides gras essentiels sont des graisses que le corps ne sait pas fabriquer. Ils sont indispensables à la bonne synthèse des cellules nerveuses et des cellules du cerveau.
Le lait de croissance* est trop cher pour ce que ça apporte à mon bébé.

Catherine BOURRON NORMAND : 

FAUX

Lorsque j’anime des ateliers avec les parents autour de l’alimentation du petit enfant, le prix fait partie des raisons invoquées pour le non-recours au lait de croissance*. Ils remplacent souvent le lait de croissance* par le lait de vache entier ou parfois demi-écrémé. Le lait de croissance* contient deux fois moins de protéines, 1 fois et demi moins de calcium, 20 fois plus de fer, 6 fois plus d’acides gras essentiels, et 13 fois plus de vitamine D que le lait de vache ½ écrémé. Ainsi le lait de croissance*, dans le cadre d’une alimentation diversifiée, contribue à couvrir les besoins nutritionnels spécifiques de la petite enfance.

Je donne du lait de croissance* à mon enfant au petit-déjeuner et au goûter, je pense que c'est la bonne solution.

Catherine BOURRON NORMAND : 

VRAI

Si votre enfant apprécie le lait de croissance* au petit-déjeuner et au goûter, c’est l’idéal. En effet, la quantité journalière de lait de croissance* est aux alentours de 500 ml. Cette dose permet de contribuer à couvrir ses besoins nutritionnels en fer, en acides gras essentiels, vitamine D.  Le lait de croissance* peut-être donné au biberon, au verre, ou en dessert, de type smoothie par exemple.

Le lait de croissance* liquide peut être commencé dès 10 mois

Catherine BOURRON NORMAND : 

VRAI

C’est une question qui revient souvent en consultation. Le lait de croissance* peut être donné à partir de 10 mois. Le lait de suite, pour les nourrissons non allaités, peut être également prolongé jusqu’à 1 an car sa composition reste adaptée aux besoins nutritionnels très spécifiques du petit enfant. Ainsi le passage au lait de croissance* se fera sans urgence entre 10 et 12 mois.

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles
pour tout savoir sur bébé !

Envie de et de …?
logo blediclub
L’inscription c'est par ici !
image oiseau
Besoin d’un conseil
pour bébé ?
Les experts Blédina répondent
À toutes vos questions
Contactez-nous
Vos produits chez vous !
logo Blédishop
Livraison à domicile