On mange mieux
quand on est curieux
On mange mieux
quand on est curieux

Mon enfant refuse un aliment, que faire ?

Entre 18 mois et 3 ans, l’envie de découvertes alimentaires de notre bout de chou ralentit. C’est une phase de développement normale pendant laquelle peut apparaître la «néophobie», c’est-à-dire le rejet des nouveaux aliments. Véronique Leblanc, psychologue clinicienne, spécialisée dans les difficultés alimentaires chez les enfants, nous donne les clefs pour gérer cette période sereinement.

La néophobie, le terme fait un peu peur ! Faut-il s'inquiéter ?

Non, la plupart des enfants passent par cette phase de rejet des aliments nouveaux pendant quelque temps ; cela peut arriver à partir de 18 mois.
C’est une étape normale qui coïncide avec la phase du «non» plus générale.
Durant cette période où l’enfant essaye de devenir grand et de voir ce que ses parents lui renvoient, le lâcher-prise de l’adulte est essentiel pour éviter de tomber dans des troubles des conduites alimentaires.

Que faire devant un enfant qui refuse de manger la nourriture qu'on lui propose ?

Si l’on est trop rigide avec l’enfant, un rapport de force risque de s’installer.
L’enfant voit bien l’importance du repas pour ses parents et comprend très vite qu’il est en position de négocier à ce moment.
Le rôle de l’adulte est donc de rester calme pour ne pas que le repas devienne une source de conflit. Par exemple, en expliquant : «Manger est un bon moment pour toi et moi. Moi, je ne veux pas la guerre, toi, pour le moment, tu ne veux pas manger, eh bien on ne va pas se battre ! »

Il ne faut pas le forcer à goûter de tout ?

Dans le forcing alimentaire, l’enfant aura le plus souvent le dernier mot, il peut même aller jusqu’à vomir si vous maintenez un forçage alimentaire sans tenir compte de ses réactions.
Il faut aussi éviter le chantage du type « tu n’as pas mangé tes haricots, tu n’auras pas de compote ».

L’essentiel est qu’il mange équilibré : s’il refuse les petits pois et les haricots, mais mange d’autres légumes par ailleurs, il ne faut pas dramatiser ! Tant qu’il grandit bien et grossit bien, pas de quoi s’inquiéter.

Le rôle de l'adulte est de rester calme pour ne pas que le repas devienne une source de conflit.
Il faut donc lui donner seulement ce qu'il aime ?

Non, pas question de lui préparer un autre plat s’il refuse ce que vous lui proposez : il constatera l’emprise qu’il a sur vous et en profitera. S’il a faim, vous pourrez éventuellement approcher l’heure du prochain repas.

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous