On mange mieux
quand on est curieux
On mange mieux
quand on est curieux

Les premières vacances de bébé : la vérité

Journaliste et geek revendiqué, Monsieur Simon a vu son quotidien légèrement chamboulé par la naissance de deux enfants – les siens. Dans ses chroniques d’un jeune papa, ce bloggeur désopilant nous livre ses trucs et astuces pour prendre avec le sourire toutes les surprises de la vie de parent. Et surtout les plus mauvaises.

Bébé n’est-il pas croquignouchouchou avec ses toutes petites lunettes de soleil, sa couche waterproof et ses brassards disproportionnés ? Malheureusement, non, la vie n’est pas une photo Instagram. La réalité fait mal. Voici donc les pires ennemis que vous allez croiser sur la route des vacances avant d’immortaliser cet instant magique.

Le coffre

Avant, vous partiez à deux. Une tente « cinq secondes » vaguement pliée, un short de bain pour quinze jours et un tee-shirt presque blanc suffisaient à votre bonheur.

Avec l’arrivée de bébé, vous aurez la très nette impression de déménager la moitié de votre domicile. Le lit parapluie, une soixantaine de tenues de rechange (en cas d’accident digestif), l’immense paquet de couches, la chaise haute, la tente anti-UV, le chariot-porteur, toute la panoplie de jouets de plage (qu’il n’utilisera jamais, parce que c’est toujours plus drôle d’essayer de boire une bouteille remplie de sable)… Il en manque et en manquera, toujours, des accessoires de puériculture in-dis-pen-sables.

Et rien ne rentrera dans votre coffre. Un bon conseil, quasiment sérieux : deux semaines avant le départ, entraînez-vous tous les soirs en jouant à Tetris sur votre vieille Game Boy. Il faudra bien cela pour réussir à imbriquer intelligemment (et sans hurler) tout ce bazar dans le coffre de votre voiture si elle n’est pas encore passée au format familial.

Le trajet

En bon parent débutant qui se respecte, vous ne connaissez pas encore sur le bout des doigts le rythme de sommeil de bébé – s’il en a un et, là, on vous plaint. Souvent interminable, la route des vacances voit sa durée tripler en cas de pleurs de bébé qui a trop chaud, trop faim, trop marre. Essayez de prendre la route au moment de sa plus longue séquence de sommeil. De nuit ? Mais pourquoi pas. Multipliez et mutualisez les arrêts au stand : le petit-pot-couche de bébé, le café-pipi du conducteur (et non l’inverse).

Et si, par malheur, la popotte de bébé est restée bien sagement sur la table du salon avant le départ précipité, consultez la carte réalisée par Blédina de ses points de distribution sur la route. Fort heureusement, il y a de quoi faire chauffer le repas de bébé sur toutes les aires d’autoroute. Et pourquoi pas, comme on est en été, proposer à bébé de déguster son plat à température ambiante ?

Un autre conseil simple pour la route : pour ses premières vacances, évitez de traverser la France dans sa plus longue et pénible longueur. Jouez donc aux touristes dans votre propre région et réalisez des sauts de puce d’une heure tout au plus : la campagne a son petit charme et la chaleur y est souvent moins étouffante que sur la côte. Et puis, bébé n’a aucune chance de manger du sable, là, au moins.

Le siège-auto

Bébé a grandi et ne voyage plus en nacelle. Au sommet de la pyramide des trucs usants lors d’un départ en vacances trône le siège-auto. Quels que soient sa conception, son prix et son degré de sécurité, l’enfant y sera inévitablement et rapidement mal à l’aise. Imaginez-vous au volant de la voiture avec un bouclier qui compresse le thorax. Impossible de rester de bonne humeur. Les meilleures blagues de l’autre parent, ses chansons favorites, ou encore un massage relaxant de la voûte plantaire de bébé lors du trajet n’y suffisent pas : son inconfort vous sera vite signalé.

Par malchance, ajoutez à cela un léger problème d’oreille interne (également appelé « vomito » par les spécialistes de la question) et vous devriez avoir un chouette condensé de l’enfer. Armez-vous donc de patience, de lingettes nettoyantes, d’une bouteille d’eau et d’un gros rouleau d’essuie-tout. Ou alors, prévoyez de l’eau parfumée ou un pince-nez, sinon la route risque d’être très loooongue.

Le lieu de vacances

Bravo, vous êtes arrivés. Finies, les galères ? En petit être casanier, bébé a de fortes chances de devoir tout réapprendre : les siestes, les repas, tout. N’oubliez pas de mettre dans le coffre – s’il reste de la place – des objets rassurants : une veilleuse musicale chère à son petit cœur, un linge qui a une odeur particulière et, comme une évidence, le doudou (en quintuple exemplaire, on n’est jamais trop prudent). Avec un peu de chance, bébé s’adaptera admirablement à votre éphémère nid douillet au bout de quelques jours.

Tiens, il faut déjà rentrer. Dans votre malheur, vous connaissez déjà les pires ennemis que vous allez croiser sur la route des retours de vacances. Cela fait déjà de vous des parents aguerris !

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous