On mange mieux
quand on est curieux
On mange mieux
quand on est curieux

La diversification alimentaire des bébés entre 8 et 11 mois

Entre 8 et 11 mois, du haut de sa chaise haute, bébé a trouvé ses marques au moment des repas ! Il a goûté de nombreux aliments et a déjà ses préférences. Mais tout n’est pas pour autant joué, et votre accompagnement est fondamental pour lui proposer une alimentation conforme à ses besoins nutritionnels. Alors, comment poursuivre la diversification alimentaire ? Quelles quantités lui donner ? Est-il prêt pour les morceaux ? Faut-il qu’il ait des dents ? Petit guide pour papa et maman.

La grande nouveauté : les morceaux

Après la découverte de nouveaux goûts initiée depuis quelques mois en purée de légumes et de fruits, bébé va se trouver confronté à une multitude de textures variées : le fondant, le juteux, le collant, le pâteux, le croustillant… Quelle richesse sensorielle !

 

Que ses premières dents soient ou non apparues, à partir de 8 mois, il a la capacité d’utiliser sa langue pour déplacer les aliments dans sa bouche, les imbiber de salive et les écraser contre son palais et/ou ses gencives. C’est la « malaxation », première étape vers la mastication – qui ne sera pleinement maîtrisée que vers 6 ans.

La première fois…

Toujours assis le dos bien vertical, dans sa chaise haute, et sous votre surveillance, commencez par lui expliquer la nouvelle expérience qui va lui être proposée. Puis laissez-le observer le plat mouliné grossièrement ou les petits morceaux fondants. Et s’il veut toucher les préparations et/ou manger avec les doigts, laissez-le faire !

 

Pour faciliter sa première expérience de petits morceaux cuits fondants, choisissez, par exemple, des petits morceaux cuits de carottes, qui sont parfaitement adaptés à ces essais. Au début, proposez-lui uniquement une partie de son repas sous forme de petits morceaux fondants, puis complétez éventuellement par son petit plat mouliné grossièrement. Comme pour tout apprentissage, il faut bien souvent plusieurs entraînements avant que bébé puisse manger sans effort tout son repas sous forme de petits morceaux cuits fondants.

Au début, proposez-lui uniquement une partie de son repas sous forme de petits morceaux fondants.

Des besoins nutritionnels spécifiques aux bébés de cet âge

Le bébé a des besoins spécifiques à son âge, liés à sa croissance encore très rapide. Il doit, par exemple, consommer plus de fer, de calcium et de matières grasses qu’un adulte relativement à son poids. En revanche, il ne faut ni saler ni sucrer ses repas.

Le lait

Au sein de son alimentation, le lait (lait maternel ou lait de suite) tient toujours une place centrale à cet âge. Bébé boit encore son lait le matin et au goûter.

 

Les fruits et légumes

Pour les légumes et les fruits frais, tout est permis, tant qu’ils sont proposés mixés ou en petits morceaux fondants !

Variez les saveurs, mélangez-les, testez des associations… Entre 8 et 11 mois, l’enfant poursuit sa phase intense de curiosité. Il découvre le monde avec envie et appétit ! Il faut en profiter pour l’éveiller à un maximum de goûts, car cela ne va peut-être pas durer (oui, sans vous dévoiler toute la suite de l’histoire, on doit vous avouer qu’il aura bientôt tendance à dire « non », votre chérubin…).

 

Votre enfant peut aussi se délecter de fruits ronds, comme la cerise ou la mirabelle. Mais attention ! Comme ils peuvent être avalés tout rond (!), il y a un risque d’étouffement, il est donc important de les couper en petits quartiers, après les avoir dénoyautés.

Il découvre le monde avec envie et appétit ! Il faut en profiter pour l’éveiller à un maximum de goûts.

Les fruits oléagineux

Il est préférable de ne pas donner de noix, amandes ou cacahuètes avant les 1 an de l’enfant.

Des féculents

Ils constituent une part importante de l’alimentation du bébé de 8 mois et plus. Si on décline le menu d’une journée type :

  • au petit déjeuner, vous pouvez ajouter des céréales infantiles dans son lait maternel ou de suite ;
  • le midi et le soir, associez un féculent (pomme de terre, pâtes, riz, semoule…) à des légumes,
  • au goûter, à partir de 10 mois, vous pouvez commencer à proposer des biscuits spécial bébé.

Viande, poisson et œuf

Au déjeuner, continuez sur la lancée de l’exploration des viandes (rouges ou blanches, mais toujours ni abats ni charcuterie, hormis le jambon blanc découenné, de temps en temps, car cela reste un aliment très salé et, s’il n’est pas artisanal, plein de nitrites) et des poissons (gras ou maigres, mais pas de crustacés, ni de fruits de mer, ni les poissons déconseillés pour les moins de 3 ans par l’Anses – consulter la liste ici).

Quant aux œufs, ils doivent encore être proposés durs.

Le midi, quelles protéines donner, sur une semaine ?

Poisson maigre1 fois par semaine
Poisson gras1 fois par semaine
Œuf1 à 2 fois par semaine
Viande Tous les autres déjeuners (entre 3 et 4 fois)

 

Si vous préparez un plat à base de viande ou de poisson pour votre bébé, faites toujours très attention à enlever tous les petits os et arêtes traitresses. Quand vous lui prépariez des purées bien mixées, vous les repériez facilement, mais, cachés dans les morceaux, les intrus sont moins faciles à débusquer !

Quelques idées de recettes

Attention, le thym, le romarin et/ou le laurier peuvent être présents lors de la cuisson de légumes, viandes et poissons. Mais il faut bien penser à les retirer avant de mixer, mouliner ou de donner le plat à l’enfant.

Quelle quantité de protéines à 8 mois ?

On peut proposer :

  • 20 g de viande ou de poisson (toujours bien cuits), soit l’équivalent de 4 cuillères à café,
  • ou 1/3 d’œuf.

Le menu type d’un bébé entre 8 et 11 mois pour couvrir ses besoins nutritionnels

Voici la base des menus d’une journée type pour les bébés âgés de 8 à 11 mois.

<

Matin (petit-déjeuner)Midi (déjeuner)GoûterSoir (dîner)
Lait maternel ou lait de suite.
Produit laitier adapté
Lait maternel
ou
240 ml d’eau + 8 mesurettes de Blédilait 2
ou
250 ml de Blédilait 2 liquide
+/-10 g de céréales Blédine
1 laitage infantile adapté à l’âge, à la cuillère (occasionnellement, à la place du fruit)lait maternel
ou
210 ml d’eau + 7 mesurettes de Blédilait 2
ou
250 ml de Blédilait 2 liquide
lait maternel
ou
90 ml d’eau + 3 mesurettes de Blédilait 2
ou
100 ml de Blédilait 2 liquide
Viande, poisson, œuf20 g (4 c. à c.) de viande ou de poisson cuits à cœur et mixés

ou

1/3 d’œuf dur cuit à cœur

LégumesLégumes grossièrement mixés (80 g au minimum) avec des féculentsLégumes (80 g au minimum) accompagnés de féculents en purée écrasée

ou

occasionnellement, 1 soupe

Fruits100 g de purée de fruits ou des petits morceaux de fruits fondants (à la place du laitage)100 g d’une purée de fruits ou des petits morceaux fondants de fruits

ou

occasionnellement, 1 quignon de pain

ou

à partir de 10 mois, 1 biscuit adapté à bébé

Divers1 filet d’un mélange d’huiles1 filet d’un mélange d’huiles 

Ce menu est donné à titre indicatif. Il est important de respecter l’appétit de l’enfant.

Des matières grasses

Le bébé a besoin de lipides (c’est-à-dire de matières grasses), mais pas n’importe lesquels. Il faut qu’ils soient de qualité. D’où l’importance d’ajouter une huile végétale riche en acides gras essentiels qui vont contribuer à son bon développement (notamment cérébral). Pensez donc à ajouter un filet d’un mélange d’huiles dans ses purées. De temps en temps, vous pouvez également le remplacer par une noisette de beurre.

Et le pain ?

Selon Véronique Leblanc, psychologue clinicienne, experte en troubles de l’oralité alimentaire, « dès que bébé accepte les morceaux fondants, on peut lui proposer un croûton de pain, un morceau adapté à la taille de sa main (c’est-à-dire qui dépasse des deux côtés pour faciliter la préhension), sous la surveillance d’un de ses parents. Plus tard, vers 10 mois, des biscuits adaptés pour bébé peuvent être proposés. Ils fondent sans demander beaucoup d’effort. »

Les conditions du repas de bébé

Ce n’est pas parce que votre bébé devient de plus en plus autonome et sait porter des aliments à sa bouche qu’il faut le laisser sans surveillance. Un bébé doit toujours manger en position assise, le dos bien droit, de préférence sur une chaise haute sur laquelle il sera attaché, sous le regard attentif d’un adulte. Ne lui donnez jamais à manger lorsqu’il est couché ou qu’il gambade.

 

Si d’autres enfants plus âgés partagent le moment du repas, expliquez-leur qu’ils ne doivent pas donner à manger au tout-petit sans l’autorisation de ses parents, car le bébé n’est pas encore en mesure de tout essayer. À partir de 8 mois, les interactions entre enfants sont de plus en plus nombreuses, et il ne faudrait pas qu’un « grand » se laisse charmer par un petit quémandeur qui réclame de partager un plat non adapté…

 

Le repas doit demeurer un moment d’échanges entre l’enfant et sa maman ou son papa, propices à son éveil ; profitez-en pour l’intéresser à ce qu’il mange, en lui décrivant les couleurs, les saveurs, les textures de ce qu’il met en bouche. Surtout, bannissez les écrans.

Pour son futur équilibre alimentaire, il est primordial qu’il apprenne à profiter en mangeant en toute conscience.

 

Même si votre bébé est un goulu, avide de tout, enseignez-lui la patience à l’aide de ruses : donnez-lui des cuillères pas trop pleines, par exemple, ou proposez-lui de boire de l’eau.

Que faire si bébé refuse les morceaux ?

Passer d’une alimentation lisse, puis grossièrement mixée, à des plats avec petits morceaux nécessitant de faire des efforts est une étape importante qui peut décontenancer votre bébé !

La patouille

Pour l’aider à apprivoiser de nouvelles textures, laissez votre enfant mettre les mains dans son assiette. Il appréhendera ainsi les petits morceaux avec un autre organe que la bouche, et se familiarisera avec eux par une voie détournée.

Véronique Leblanc, psychologue clinicienne, exprime parfaitement le sentiment qui anime un bébé découvrant l’alimentation avec morceaux : « Ce que mes yeux n’ont pas apprivoisé, ce que mes mains ne peuvent pas toucher, ma bouche ne pourra pas y goûter ! »

Laissez votre enfant mettre les mains dans son assiette.

Pas de conflit

Ne le forcez pas. S’il refuse un plat, n’insistez pas plus de 2 ou 3 cuillères et donnez-lui une purée grossière à la place. Vous lui proposerez la recette avec morceaux une autre fois.

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous