On mange mieux
quand on est curieux

L’alimentation de bébé à 6 mois : tout ce qu’il faut savoir

L’extraordinaire aventure gustative alimentaire continue pour bébé ! C’est le moment de lui faire découvrir de nouveaux goûts, de nouveaux aliments et des textures différentes. Et bientôt, à 8 mois, bébé ne prendra que 4 repas par jour.

Quelle quantité de lait pour un bébé de 6 à 8 mois ?

Bien que les menus du petit bout changent, le lait maternel ou le lait de suite reste la base de son alimentation.

La consommation du lait maternel répond toujours à la demande de Bébé. Pour le lait de suite, il est recommandé d’en consommer 700 ml par jour, puis progressivement 500 ml par jour.

Au menu du petit déjeuner et du dîner

Pour réveiller bébé en douceur, rien de mieux que le lait de sa maman ou un biberon de lait de suite. Bien au calme, c’est un moment privilégié. Pour agrémenter le goût et la texture du lait de suite, il est possible, de temps en temps, d’y ajouter des céréales infantiles pour le petit déjeuner. Il existe aussi des préparations toutes faites contenant les quantités adaptées de lait de suite et de céréales infantiles. Super pratique, surtout pour les escapades en famille ou les nuits passées chez mamie !

Pour le dernier repas de la journée, il est recommandé de donner à bébé du lait maternel ou du lait de suite, avec des légumes ou des fruits. Par exemple, on peut lui proposer une tétée ou un biberon de 240 ml de lait de suite, avec une purée de légumes ou de fruits mixés, selon son appétit.

Faire des repas un moment de complicité

Lors des tétées ou des biberons, on en profite pour en faire un moment de tendresse, confortablement installé avec bébé. On lui parle, on le caresse sans trop le déconcentrer… Et surtout, on prend son temps : bébé a besoin de cette pause remplie d’amour.

L'introduction de la viande, du poisson et des œufs

Après les légumes, les fruits et les céréales infantiles, voici le tour du poisson et de la viande (toujours bien cuits) et des œufs durs. Ces nouveaux aliments doivent être cuits à cœur et coupés en petits morceaux fondants, tandis que bébé est assis droit sur sa chaise haute, toujours sous la surveillance d’un adulte.

Pour faire découvrir ces nouveautés à bébé, la règle est toujours la même : on lui présente l’aliment en douceur, on commence par de petites quantités lors de la première exposition, puis on augmente les quantités progressivement. « Ces nouveaux aliments sont ajoutés aux repas environ 1 mois après avoir commencé les légumes et les fruits, si tout s’est bien passé, précise la gastro-pédiatre Karine Garcette. Souvent autour de 6 mois. »

 

 

En quelles quantités ?

Sources de fer, dont les enfants ont particulièrement besoin à cet âge, les protéines contenus dans la viande, le poisson et l’oeuf doivent être introduites progressivement. Essentiel pour le bon développement et la croissance de bébé, l’apport en protéines doit être adapté, ni trop peu, ni en excès ! Il est recommandé de consommer : 10 g environ de viande ou poisson ou ¼ d’œuf dur par jour (soit l’équivalent de 2 cuillères à café), pour un bébé de 6 à 8 mois.

 L’apport en protéines doit être fait en toutes petites quantités : 10 g par jour, soit 2 cuillères à café, ou  ¼ d’œuf dur.

Miser sur la variété pour affiner son palais

Pour titiller ses papilles, on peut proposer à bébé toutes sortes de viandes.  On évitera, en revanche, la charcuterie et les abats.

 

Au rayon poissonnerie, tout est permis, à condition d’enlever soigneusement les arêtes : poissons gras, maigres, frais, surgelés ! Seul le poisson pané est à éviter.

 

En ce qui concerne les œufs, à consommer durs pour le moment, il n’y a aucune raison de retarder leur introduction. Demandez conseil à votre médecin pour vous accompagner dans la diversification de votre bébé.

Découvrir les goûts en douceur

Viandes, poissons et œufs sont proposés à bébé tout en douceur. Ainsi, il s’habituera plus facilement à de nouvelles textures, plus épaisses, puis aux petits morceaux fondants.

 

À partir de 8 mois, les recettes de bébé pourront s’embellir d’une petite cuillère d’huile de colza, d’épices, d’aromates comme le cumin ou le persil. Que de nouveaux goûts et textures ! Quelle aventure !

Vive les nouvelles textures

Les purées finement mixées, bébé les connaît bien. Après avoir également assimilé des textures plus épaisses, il va découvrir des textures moins moulinées, où, surprise, il trouve des petits morceaux fondants, sous la surveillance d’un adulte. Il poursuit la découverte des aliments avec tous ses sens (goût, toucher…). Regardez-le découvrir ainsi son assiette, c’est une découverte passionnante !

Des repas riches en échanges

Si bébé trône à table dans sa chaise haute « comme un grand », il n’est néanmoins par encore tout à fait autonome et a des besoins bien spécifiques à son âge, d’où une alimentation adaptée. Il a besoin de notre aide pour bien manger, et de nos encouragements. Autant d’occasions d’établir une réelle complicité et de lui faire découvrir de nouvelles choses !

La diversification alimentaire est une étape essentielle où l’entourage de bébé joue un rôle important, et pas seulement pour lui tenir sa cuillère ! Un sourire, quelques mots d’encouragement le sécurisent. Manger lentement, gagner en concentration, toutes ces bonnes habitudes sont nouvelles pour lui. Du haut de son observatoire, il se sent plus grand, observe ce qui l’entoure.

 

Mimétisme

« A cet âge, il faut commencer à mettre bébé à hauteur de la table », conseille Karine Garcette, gastro-pédiatre.

Bien assis et attaché sur sa chaise haute, bébé fait désormais « comme un grand ». Son port de tête lui permet de suivre du regard et sa vue est particulièrement sollicitée. Aujourd’hui, il observe que font les autres, ses frères et sœurs par exemple, mémorise de nouveaux gestes, assimile de nouvelles attitudes.

 

Un petit champion de la communication…

À cet âge, les premiers sons commencent à sortir de sa bouche, surtout avec le son « A » (ba, da, ka). À table, bébé ne cesse de vouloir imiter les autres et, pour cela, vocalise. Les fameux « Pa-pa », « Ma-ma », qui ne veulent pas dire grand-chose pour lui, nous émeuvent. Mais, pour qu’ils soient porteurs de sens, il faudra attendre encore un peu ! Pour communiquer, il utilise aussi ses bras qu’il nous tend pour être pris, ainsi que sa tête pour dire oui ou non.

 

… en pleine phase d'apprentissage.

Bébé apprend sans cesse, et mobilise pour cela une incroyable énergie. Il convient donc de garder à l’esprit qu’il ne peut pas se comporter comme un « grand enfant ». Le forcer à manger, s’impatienter, sont des comportements qui peuvent même créer des blocages chez lui. Il refuse un aliment, fait la grimace ? Cette mimique est peut-être un simple signe de surprise ! Il faut garder à l’esprit que, pour un nouvel aliment, 8 à 10 répétitions seront probablement nécessaire pour que bébé accepte l’aliment.

De nouveaux goûts qui participent à l'éveil

Au menu de bébé ce midi ? Une purée mixée avec des légumes mélangés à de la viande, du poisson ou d’œuf dur.

Hmmm, quand maman ou papa cuisine, une noisette de beurre ou un filet d’huile de colza vient enrichir cette savoureuse préparation à laquelle elle donne une pointe de saveur, des acides gras essentiels et de la vitamine A !

 

Le sel en revanche, est inutile, le sens du goût du tout-petit étant bien plus fort que le nôtre, et puis on pense à instaurer de bonnes habitudes alimentaires dès le début !

 

Au dessert ? Un fruit cuit mixé ou un laitage adapté aux bébés. Un régal !

 

Avec les doigts : et pourquoi pas ?

Pour Karine Garcette, gastro-pédiatre, « sauf si c’est dangereux, s’il y a un risque de fausse route, il ne faut pas lui interdire de toucher, de mettre ses mains et d’attraper un aliment qu’il veut mettre dans la bouche. » Alors, on évite les cacahuètes, les noix entières ou les graines – on les hache ; on réhydrate les fruits secs ; quant aux olives, aux tomates cerises, aux mirabelles et autres aliments ronds ou sphériques, on les coupe en quartiers et on retire les noyaux des fruits s’il y en a. En effet, cela présente un risque pour Bébé qui veut instinctivement apprivoiser les nouveaux aliments de tous ses sens, dont celui du toucher. Pétrie, saisie et malaxée avec les doigts, la nourriture devient familière, proche et reconnaissable : un vrai plaisir !

De bonnes habitudes à prendre dès maintenant

Selon Karine Garcette, gastro-pédiatre : « Il ne faut pas attendre qu’il ait faim pour lui donner à manger », il risquerait de se jeter sur la nourriture. Autre petite astuce : si, par manque d’appétit, le repas a été plutôt léger, on avance l’heure du repas suivant plutôt que de donner un encas. En répartissant les repas sur la journée, on évite les grignotages. Les bonnes habitudes alimentaires se prennent à un âge très tendre !

 

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Accueil > La diversification pas-à-pas > L’alimentation de bébé à 6 mois tout ce qu’il faut savoir
Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous