On mange mieux
quand on est curieux
On mange mieux
quand on est curieux

Bébé découvre le biberon

Passer au biberon n’est pas toujours une mince affaire pour Bébé ! Pour que tout se passe au mieux, il faut y aller progressivement et que ses deux parents l’accompagnent dans la découverte de ce nouvel objet. Pas d’inquiétude, il devrait vite l’adopter !

Découvrir le biberon tout en douceur

Afin d’habituer Bébé en douceur à ce changement, il est conseillé de supprimer progressivement les tétées une par une, en commençant par les moins abondantes, celles du milieu de la journée.  Mieux vaut également ne pas lui faire vivre plusieurs changements à la fois : sevrage, diversification alimentaire, perturbation dans son rythme… Cela fait beaucoup pour un aussi petit bout !

 

Et si Bébé n'en veut pas ?

Si vous décidez de sevrer Bébé et qu’il refuse le biberon, il faut éviter de lui donner le sein à la place : le sevrage sera encore plus difficile ! Et si Papa prenait le relai ? « L’intervention du papa est conseillée, surtout si l’enfant accepte mal le biberon, indique Karine Garcette, gastro-pédiatre, cela peut faciliter la transition. »

 

L'intervention du papa est conseillée, surtout si l'enfant accepte mal le biberon. 

Lait et biberons, comment les choisir ?

Si Maman souhaite un allaitement mixte ou décide de ne pas poursuivre l’allaitement, mieux vaut demander conseil à un professionnel de santé pour choisir une formule infantile adaptée aux besoins de Bébé. Si Bébé en a adopté une sans problème, inutile de la changer car cela pourrait le perturber.

 

En matière de biberons, à nous de peser le pour et le contre, chaque modèle a ses avantages. Ceux en verre ne contiennent aucun produit toxique, supportent bien la stérilisation, se lavent facilement… mais ils se cassent ! Ceux en plastique, désormais fabriqués sans bisphénol A, sont incassables, légers et faciles à tenir.

 

 

Si Bébé a adopté une formule infantile sans problème, inutile de la changer car cela pourrait le perturber.

Les bons gestes pour donner le biberon

Tout d’abord, on veille à ce que la tétine soit toujours pleine afin d’éviter que Bébé n’avale de l’air. La « bague » ne doit pas être trop serrée pour que les bulles d’air remontent facilement le long du biberon. Si la prise du biberon est compliquée, il faut peut-être adapter la tétine.

Donner le biberon, un moment d'échange

Pour que le petit bout ait envie de prendre son biberon, l’atmosphère, toute en détente et en complicité, est essentielle. L’échange de regards et le contact physique sont importants, comme lors d’une tétée. Maman et Papa sont sereins, apaisés, disponibles. Oui, on lâche son smartphone, on éteint la télé, afin d’être à 100% avec Bébé ! « Tout au long de l’apprentissage et de la découverte de l’alimentation, les parents doivent être présents et disponibles dans les échanges », ajoute la gastro-pédiatre Karine Garcette.

 

Afin que le passage au biberon se passe au mieux, un nouveau cadre, le salon plutôt que la chambre par exemple, peut être d’une aide précieuse. Comme nous, Bébé a ses habitudes, des réflexes conditionnés. Si l’on s’installe toujours au même endroit, Bébé peut continuer à chercher le sein, associant la sensation au lieu ; si l’on décide de passer au sevrage, cela peut rendre cette étape plus difficile. Avec quelques câlins, on lui explique, d’une voix douce, tous ces petits changements : il est nécessaire de le rassurer dans cette nouvelle étape de sa vie.

S'il en prend peu, pas de panique

« La quantité à donner ne doit pas vous angoisser, relativise Karine Garcette, gastro-pédiatre. Certains bébés ont besoin de moins que ce qui est écrit dans les livres ! » L’appétit des tout petits varie en effet selon leur âge et leurs besoins, les jours, l’heure. Un peu comme nous, en somme ! Si sa courbe de croissance – indiquée dans son carnet de santé et suivie par le médecin- est régulière et qu’il a l’air satisfait après ses biberons, c’est qu’il mange en quantité suffisante.

Certains bébés ont besoin de moins que ce qui est écrit dans les livres !

Les laits de suite, spécialement adaptés à ses besoins

 

Ils contiennent des nutriments essentiels pour la croissance et le bon développement des enfants de 6 mois à 1 an dont l’alimentation est déjà diversifiée. Ils doivent en boire au moins 500 ml par jour pour un bon équilibre alimentaire. À partir de 1 an et ce jusqu’à l’âge de 3 ans, l’aliment lacté liquide destiné aux enfants en bas âge est recommandé, on parle ici de laits de croissance.

 

Les laits de suite contiennent des nutriments essentiels pour la croissance et le bon développement de bébé.

Des laits spéciaux, parfois nécessaires

Au rayon des laits de suite pour nourrissons, le choix est vaste ! Avant de donner des laits infantiles spéciaux à un jeune enfant, on demande toujours l’avis d’un médecin. Si Bébé a des petits rejets, souffre de coliques ou de ballonnements, un lait infantile dit de « confort digestif » peut se révéler adapté.

La conservation des laits pour nourrissons

Si Bébé n’a pas fini son biberon préparé avec du lait infantile en poudre ou liquide, on doit systématiquement jeter le reste : il ne se garde pas plus d’une heure après sa préparation. Ce principe de précaution doit toujours être respecté.

Mais il faut savoir qu’un lait infantile liquide prêt à l’emploi se conserve au maximum 48h après ouverture, au réfrigérateur (dans la partie la plus froide), et dans son emballage d’origine.

À ce sujet, notez les recommandations de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) qui précise notamment qu’un biberon réchauffé doit être consommé dans un délai d’une demi-heure. En revanche, s’il a été proposé à température ambiante, il peut être consommé dans un délai d’une heure maximum.

Enfin, si après la tétée, l’enfant n’a pas tout bu, le reste du biberon doit être jeté.

Chauffé, il est souvent mieux accepté

Certains parents préfèrent servir le biberon à température ambiante, souvent pour des raisons pratiques. Mais parfois Bébé n’en veut pas ou semble mal le digérer… Dans ces cas-là, il ne faut pas hésiter à le faire tiédir. Après tout, le lait maternel est à 37°C, la température du corps d’une maman.

Trouver la bonne tétine: caoutchouc ou silicone ?

 

Les tétines en caoutchouc, de couleur marron la plupart du temps, sont plus souples et plus adaptées aux bébés qui éprouvent des difficultés à téter. En revanche, leur goût particulier peut surprendre et elles sont généralement moins robustes. Les tétines en silicone sont résistantes aux lavages et n’ont pas d’odeur. Leur aspect transparent permet de contrôler leur propreté et le flux de lait bu par Bébé.

Les tétines qui prennent la forme du mamelon maternel peuvent être appréciées lors du sevrage.

 

 

La particularité des tétines physiologiques

Une fois dans la bouche de Bébé, ces tétines prennent la forme du mamelon maternel, ce qui est souvent très appréciée lors du sevrage, même si la succion au biberon n’est pas la même que celle au sein. Au contraire, parfois, « certains enfants peuvent avoir besoin de faire la différence, selon Karine Garcette, gastro-pédiatre. Ils n’arriveront pas à téter avec ces tétines car elles ne seront pas assez souples. »

Et si c'était un problème de tétine ?

Si l’enfant tète mal, boit lentement, fait des fausses routes, c’est rarement le biberon qui est en cause.

Les tétines ne s’adaptent pas à tous les biberons, il faut donc bien vérifier qu’elles sont compatibles. Le débit et la forme de l’embout varient selon l’âge et selon les marques car les palais des enfants peuvent être très différents et, par conséquent, leur mode de succion aussi. Et si Bébé a des problèmes de digestion, boit poussivement, fait quelques fausses routes ? A priori, c’est rarement un problème de biberon mais bien… de tétine ! Vite, on en change, et on n’hésite pas à faire plusieurs essais si nécessaire !

Des céréales infantiles pour plus de goût

À partir de quel âge les donner à Bébé ? Les céréales infantiles ne doivent pas être proposées avant 4 mois. « Si, à partir de cet âge, l’enfant ne fait pas ses nuits et se réveille pour manger, les parents peuvent en proposer dans le biberon du soir », affirme Karine Garcette, gastro-pédiatre. Car la vraie question est : Bébé a-t-il vraiment faim, ou cherche-t-il à exprimer quelque chose, petit bobo physiologique ou besoin d’être rassuré ? Les céréales infantiles auront dans ce cas valeur de test, en quelque sorte.

Faire patienter bébé jusqu'à son prochain repas

En dehors de cette utilisation propice au sommeil, mieux vaut introduire les céréales infantiles le matin, à partir de 6 mois, afin de structurer le repas. Riches en céréales, donc en amidon, elles « tiennent au corps » car elles libèrent progressivement du sucre lent dans l’organisme. De quoi faire patienter le bout de chou jusqu’à son repas du midi et éviter les grignotages. Elles ne doivent pas pour autant être consommées de façon excessive.

 

 

Mieux vaut introduire les céréales infantiles le matin, à partir de 6 mois, pour structurer le repas.

Un moyen d'éveiller ses papilles

Si les céréales infantiles ne sont pas indispensables à la croissance et à l’équilibre nutritionnel des bébés, elles leur font découvrir de nouveaux goûts : vanille, cacao, biscuits, miel… Elles sont déclinées en une large gamme de saveurs ! Un bon moyen de faire découvrir à son palais une texture douce et inédite. Quant aux bouts-de-chou qui commencent à se lasser du lait maternel ou infantile seul, elles aident également à leur faire boire les 500 ml quotidiens recommandés.

Les céréales infantiles sont déclinées en une large gamme de saveurs.

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous