fermer la recherche
mon compte bledina

L’allergie aux protéines de lait de vache chez le bébé

L’allergie aux protéines de lait de vache, ou APLV, est l’allergie alimentaire la plus fréquente chez le nourrisson, touchant 2 à 5% des nourrissons durant leur 1ère année de vie. Elle apparaît au moment du sevrage ou, dans de très rares cas, lors de l’allaitement. L’APLV disparaît chez environ 50% des enfants vers l’âge d’1 an et chez plus de 75% des enfants à l’âge de 3 ans.

Quelles sont les différentes formes d’APLV ? Comment reconnaître cette allergie et la différencier d’une intolérance au lactose ? Que faire si votre bébé est diagnostiqué allergique aux protéines de lait de vache ? Réponses à toutes ces questions !

Qu’est-ce que l’allergie aux protéines de lait de vache ?

L’allergie est une hypersensibilité du système immunitaire lorsqu’il est exposé à certains allergènes, par exemple à des allergènes d’origine alimentaire. Les symptômes de l’allergie aux protéines de lait de vache apparaissent suite à une réaction de l’organisme, lorsqu’il rencontre les protéines contenues dans le lait. La composition protéique d’autres laits (de chèvre, de brebis, de jument…) étant proche des protéines de lait de vache (PLV), l’allergie se manifeste généralement également avec ces derniers.

Quels sont les symptômes de l’allergie aux protéines de lait de vache ?

Les principaux symptômes associés à l’APLV sont :

  • cutanés (60%),
  • et/ou digestifs (60%),
  • et/ou respiratoires (30%).

Mais ils peuvent être autres : fatigue, léthargie, agitation, anxiété, troubles du sommeil, problème de croissance (stagnation pondérale), pleurs incessants…

Leur apparition est très variable dans le temps :

Dans environ 50% des cas, les symptômes se manifestent rapidement chez l’enfant, entre quelques minutes et 2 heures après l’ingestion du produit contenant les PLV. L’organisme du bébé produit des anticorps (IgE) pour se défendre contre les allergènes, qui vont, au contact des protéines de lait, provoquer la réaction allergique. Cette réaction étant immédiate, on parle d’APLV immédiate, ou IgE-médiée.

Dans l’autre moitié des cas, les symptômes peuvent survenir plusieurs heures voire quelques jours après la consommation de lait ou d’un aliment contenant des PLV. On parle d’APLV retardée, ou non IgE-médiée : l’organisme ne produit pas d’anticorps (IgE) spécifiques à l’allergène, mais ses défenses immunitaires s’activent contre les protéines de lait de vache.

Si le mécanisme du premier type d’allergie est bien connu, ce qui facilite le diagnostic, celui de l’APLV non IgE-médiée est mal connu, ce qui la rend plus difficile à identifier.

Les symptômes diffèrent entre ces deux types d’allergies aux PLV :

S’il présente une ou plusieurs des manifestations ci-dessous, il est possible que votre tout-petit soit allergique aux protéines de lait de vache, les réactions étant plutôt aigües dans le cas d’une APLV immédiate (IgE-médiée), alors qu’elles sont généralement chroniques dans le cas d’une APLV retardée (non IgE-médiée) :

APLV immédiate (IgE- médiée)APLV retardée (non IgE-médiée
Symptômes cutanésrougeurs sur la peau, démangeaisons, urticaire, oedèmes, poussées d’eczémarougeurs sur la peau, démangeaisons, eczéma, érythème fessier
Symptômes digestifsangio-œdème de la bouche, fortes douleurs abdominales, nausées, vomissements en jet, diarrhée aiguëdifficultés à s’alimenter voire refus alimentaire, inconfort et douleurs abdominales (coliques, flatulences), reflux gastro-œsophagien (RGO), vomissements, pleurs intenses, selles molles et fréquentes, diarrhée chronique, présence de sang et/ou de glaires dans les selles, constipation
Symptômes respiratoiresrhinite, crise d’asthme(toux chronique)
Autres réactions possiblesmalaise, perte de connaissance, baisse de tension, conjonctivite, anaphylaxie(réaction allergique importante pouvant engager le pronostic vital de l’enfant)mauvaise prise de poids, sommeil difficile

Pour environ la moitié des enfants atteints d’allergie aux protéines de lait de vache, les symptômes disparaissent vers l’âge d’1 an, et plus de 75% des enfants ne seront plus allergiques à l’âge de 3 ans.

Comment différencier allergie aux protéines de lait de vache et intolérance au lactose ?

Ce sont les symptômes constatés qui vont permettre de distinguer ces deux maladies :

  • Pour l’intolérance au lactose, les symptômes sont uniquement digestifs tels que ballonnements/gaz, douleurs abdominales, diarrhées, nausées/vomissements.
  • Pour l’allergie aux protéines de lait de vache, les symptômes peuvent être digestifs (les mêmes que pour l’intolérance au lactose), mais également cutanés et/ou respiratoires.

Le Dr Grégoire BENOIST (Gastro-pédiatre APHP – Hôpital Trousseau, Paris), et le Dr Anaïs LEMOINE (Gastro-pédiatre APHP – Hôpital Ambroise Paré, Boulogne-Billancourt) nous aident, dans cette vidéo, à bien les distinguer :

A retenir :

  • L’intolérance au lactose (sucre naturel du lait) est rare avant l’âge de 5 ans. En revanche, chez les bébés, une intolérance au lactose transitoire est possible suite à une gastro-entérite aiguë. Les symptômes (diarrhée traînante ou ballonnements abdominaux) disparaîtront généralement en quelques semaines . Lorsque l’enfant a un épisode diarrhéique, il est alors important de bien l’hydrater et d’utiliser des solutés de réhydratation orale (SRO). Un régime pauvre en lactose pourra être prescrit temporairement par le médecin avec un lait sans lactose adapté aux nourrissons (en pharmacie), si la diarrhée est une diarrhée aiguë persistante (c’est à dire qu’elle dure plus de 7 jours). Dans le cas contraire, il n’y a pas de modification du régime alimentaire du bébé. Si le bébé est allaité, le maintien de l’allaitement maternel est recommandé. On veillera, durant cette période, à bien respecter son appétit et à éviter certains aliments riches en fibres.

    Pour les enfants diversifiés, ce sucre naturellement contenu dans le lait étant détruit par la cuisson ou transformé par les ferments lactiques, il est possible de proposer à l’enfant du beurre, des fromages à pâte dure pasteurisés et des laitages adaptés aux enfants en bas âge.

  • L’allergie aux protéines de lait de vache est beaucoup plus fréquente que l’intolérance au lactose chez le nourrisson et elle apparaît classiquement avant l’âge d’un an.

Comment diagnostiquer une allergie aux protéines de lait de vache ?

Le diagnostic de l’APLV immédiate sera facilement confirmé par un médecin allergologue grâce à des tests cutanés (petit pic fait par l’allergologue sur l’avant-bras de l’enfant) ou une prise de sang.
Dans ce type d’APLV, il est prudent d’avoir toujours à proximité de l’enfant une trousse d’urgence comportant au moins un antihistaminique et parfois un stylo d’adrénaline.

Dans le cas d’une APLV retardée, aucun bilan (test sur la peau, prise de sang) ne permet de confirmer le diagnostic avec certitude. On doit réussir à prouver un lien entre symptômes et consommation de lait.

Comment avancer ? Il faut essayer un régime alimentaire excluant les PLV pendant 2 à 4 semaines.

2 choses sont nécessaires :

  1. une amélioration des symptômes pendant ce régime d’éviction (des protéines de lait de vache),
  2. une rechute des symptômes lors de la réintroduction des PLV dans l’alimentation de l’enfant.

La seconde étape, où l’on redonne le lait standard alors que ça semble aller mieux, peut être difficile à comprendre. Elle est pourtant indispensable. Si une amélioration des signes est observée à l’étape 1, elle peut être due au régime mais aussi à la guérison spontanée d’un problème qui n’était pas de l‘allergie.

Que faire en cas de diagnostic d’une allergie aux protéines de lait de vache chez votre bébé ?

La prise en charge de l’APLV repose en premier lieu sur l’éviction de tout aliment contenant des protéines de lait de vache, jusqu’au feu vert de votre médecin pour les réintroduire.

Chez les nourrissons allaités, un régime d’éviction des PLV chez la mère allaitante à titre d’épreuve pendant 2 à 4 semaines sera recommandé.

Si le diagnostic de l’APLV est effectué au moment du sevrage du lait maternel, l’idéal est, si possible, de reprendre l’allaitement maternel, et de le poursuivre aussi longtemps que vous le pouvez. Si tel n’est pas le cas, votre médecin vous accompagnera dans le choix d’un lait infantile adapté au type d’allergie et aux symptômes de votre bébé, en vous proposant un lait infantile spécifique disponible en pharmacie :

  • un hydrolysat poussé de protéines (HPP) lactées bovines,
  • ou une alternative végétale sous forme d’hydrolysat de protéines de riz,
  • ou encore, en cas d’APLV sévère, une formule à base d’acides aminés (FAA).

Ni les laits hypoallergéniques (HA) ni les boissons végétales ne sont adaptés aux nourrissons allergiques aux PLV.

Chez le bébé diversifié, on pourra proposer des desserts spécifiques ou des desserts végétaux variés, en veillant à l’apport en calcium. Tous les produits contenant des PLV seront supprimés de l’alimentation de l’enfant : beurre, crème, yaourts, fromage, ou encore certains biscuits, en fonction de leur composition.

Tous les produits contenant du lait de mammifère sont à exclure (vache, mais aussi chèvre ou brebis), quelle que soit leur forme (biscuit, beurre, crème, yaourt,…). Il faut être très rigoureux, mais les mentions de « traces », et « peut contenir » du lait sont autorisées.

Un suivi allergologique régulier sera nécessaire, particulièrement en cas d’APLV immédiate (IgE-médiée).

Quels outils pour faciliter le quotidien des parents d’enfants allergiques aux protéines de lait de vache ?

L’application Allergie-Lait App’

Nutricia, marque du Groupe Danone, a développé en partenariat avec Allergobox, un site internet sur l’allergie aux protéines de lait de vache de l’enfant ainsi que la toute première application mobile “Allergie-Lait App’” dédiée à l’APLV. Elle vous permettra :

  • de suivre plus facilement la croissance, les symptômes allergiques et la diversification alimentaire de votre bébé,
  • de préparer les visites chez le médecin et de faciliter le transfert d’informations avec l’assistante maternelle ou la crèche,
  • de scanner les produits du commerce afin d’identifier plus facilement ceux dont la liste d’ingrédients contient des protéines de lait de vache.

Le saviez-vous ?

Blédina propose des goûters et desserts qui conviennent d’un point de vue allergologique aux nourrissons et enfants en bas âge allergiques aux protéines de lait de vache avec :

  • une gamme de purées de fruits, proposée dans différents formats :
    – des petits pots en verre, de 130g,
    – des coupelles en plastique, de 100g.
  • une gamme de gourdes et desserts 100% végétal, composée de gourdes et de brassés alliant fruits et lait de coco ou lait d’amande.

Réintroduction des Protéines de lait de vache dans l’alimentation de l’enfant

Avant de réintroduire le lait dans l’alimentation de votre enfant, le médecin évaluera si son organisme est capable d’en tolérer les protéines, grâce à des analyses de sang et/ou un test de provocation orale (TPO).

En cas d’APLV immédiate, cette réintroduction se fera en milieu hospitalier, alors qu’elle pourra être effectuée à la maison pour une APLV retardée.

De bons menus menus pour bébé ?
logo Blédipop
Téléchargez l’application
image oiseau
Blédina conseil
Une écoute personnalisée
À votre disposition 24/7
Contactez-nous
Vos produits chez vous !
logo Blédina e-shop
Livraison à domicile