fermer la recherche
mon compte bledina

Les allergies alimentaires chez l’enfant

En France, 6 à 8 % des enfants présentent une allergie alimentaire. La fréquence des allergies a beaucoup augmenté ces vingt dernières années et elles sont classées, par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), comme le 3ème problème de santé mondial, derrière les cancers et l’hypertension artérielle. De même, le pourcentage d’allergie alimentaire sévère augmente et les allergies alimentaires multiples semblent de plus en plus fréquentes. Alors comment prévenir les allergies alimentaires ? Comment en reconnaître les symptômes ? Enfin, que faire si votre enfant est allergique ? Les réponses du Dr Douvillez, pédiatre allergologue à Lyon, dans ce 3ème podcast des parents curieux.

Les questions phares auxquelles le Dr Douvillez répond dans ce podcast : 

Quelles sont les causes de l'allergie alimentaire ?

Une allergie alimentaire est une réaction anormale, inadaptée et excessive de l’organisme, suite à l’ingestion d’un aliment. Pour une raison inexpliquée, le système immunitaire considère à tort cet aliment comme un ennemi. Classiquement, pour que la réaction allergique se produise, il faut que le corps humain ait déjà été en contact au moins une fois avec l’allergène en cause. Ce premier contact n’entraîne pas de réaction, c’est ce que l’on appelle la “sensibilisation”.

Les causes des allergies alimentaires sont nombreuses, mais dominées par la génétique et l’environnement. On ne sait pas pourquoi certaines personnes deviennent allergiques mais on sait qu’il existe des familles d’allergiques. Si les 2 parents sont allergiques, ils ont un risque de 60% d’avoir un enfant allergique. De même, un bébé ou un enfant qui a présenté une allergie alimentaire ou un eczéma sera plus sujet à l’asthme et aux rhino-conjonctivites printanières en grandissant.

Parmi les raisons invoquées dans l’augmentation de la fréquence des allergies alimentaires et respiratoires, on retrouve :

  • la modification des habitudes de consommation avec l’internationalisation de la cuisine,
  • la consommation de plus en plus fréquente de produits transformés issus de l’industrie agro-alimentaire.

Quelle est la différence entre allergie et intolérance alimentaire ?

“Intolérance alimentaire” est un terme qu’on utilisait avant, on parle plutôt à présent d’allergie retardée, car les symptômes surviennent plus tardivement après l’ingestion de l’aliment, mais il s’agit aussi d’une allergie. Les mécanismes cellulaires ne sont pas les mêmes et les symptômes peuvent être plus trompeurs avec une errance diagnostique.

Chez le nourrisson, la forme la plus fréquente est l’allergie retardée aux protéines du lait de vache qui se manifeste au bout de quelques jours voire plusieurs semaines par :

  • des pleurs importants,
  • un reflux sévère,
  • une diarrhée,
  • une constipation,
  • parfois une mauvaise prise de poids, de l’eczéma ou du sang dans les selles.

Les symptômes sont donc très divers et il n’y a pas d’examen complémentaire pour confirmer le diagnostic. Celui-ci sera fait par le médecin à l’interrogatoire, le type et la chronologie des symptômes et surtout la disparition des symptômes après un régime sans protéines de lait de vache pendant 2 à 4 semaines.

Par quoi remplacer le lait de vache en cas d’intolérance ou d’allergie avérée ?

Si le bébé n’est pas allaité, on aura recours à un lait de régime appelé hydrolysat de protéines, délivré en pharmacie sur ordonnance. Il couvrira parfaitement les besoins nutritionnels du bébé et il en existe différents types, épaissis ou non. Le lait de chèvre et de brebis ne sont pas adaptés en raison des allergies croisées et il est de même pour les formules à base de soja. L’hydrolysat des protéines de riz est une alternative végétale, sous réserve qu’il s’agisse bien d’une formule adaptée au nourrisson. Tous les autres jus végétaux (à base d’amande, avoine, châtaigne…) ne sont absolument pas adaptés d’un point de vue nutritionnel à la croissance du nourrisson.

L’allergie aux protéines du lait de vache peut-être transmise par le lait maternel mais ceci est vraiment rare. Le plus souvent il s’agit de symptômes digestifs chez le bébé, en lien avec une allergie retardée. Dans ce cas, le médecin préconisera de poursuivre l’allaitement maternel en faisant faire un régime sans lait à la maman pendant 2 à 4 semaines, pour voir si les symptômes du bébé disparaissent.

Quels sont les principaux aliments pouvant entraîner des allergies ?

Chez le petit enfant, il s’agit en premier lieu du lait de vache, puis :

  • de l’œuf,
  • de l’arachide,
  • du poisson,
  • des fruits à coque (notamment la noisette),
  • de la crevette.

L’allergie aux protéines lait de vache est l’allergie la plus fréquente dans la 1ère année de vie et concerne 5 à 7 % des bébés.

Peut-on prévenir les allergies alimentaires chez l'enfant ?

Dès la grossesse, une alimentation variée de la maman est souhaitable. Cette alimentation doit être poursuivie pendant l’allaitement, qui est particulièrement recommandé en cas d’antécédent d’atopie, pendant 4 à 6 mois si possible.

Il est préférable de démarrer la diversification alimentaire entre 4 et 6 mois, idéalement quand le bébé est encore allaité, cette période étant une période favorable pour réduire le risque de développer une allergie alimentaire.

Enfin, il faut éviter l’exposition au tabac, y compris pendant la grossesse, aérer régulièrement la chambre de votre enfant, qui ne doit pas être humide, et éviter les polluants intérieurs.

En cas d’eczéma chez votre bébé, il est important de bien faire les soins cutanés prescrits par son médecin pour restaurer la barrière cutanée et éviter de laisser pénétrer les allergènes alimentaires par la peau lésée.

Comment reconnaître une allergie alimentaire ?

L’allergie alimentaire peut s’exprimer de différentes façons, sur :

  • la peau,
  • le tube digestif,
  • les voies respiratoires.

En général, les symptômes apparaissent rapidement après la fin du repas, dans un délai de quelques minutes à quelques heures, mais très rarement au-delà de deux à trois heures. Sur la peau, ce qui est le plus facile à repérer est l’apparition d’urticaire, mais l’urticaire n’est pas toujours allergique !

Au niveau digestif, l’allergie alimentaire peut se manifester sous la forme de maux de ventre, nausées, vomissements ou diarrhée.

Enfin, au niveau respiratoire, le nez peut être bouché avec des éternuements et les yeux peuvent être rouges, larmoyants et gonflés. Quand les poumons réagissent, l’enfant peut faire une crise d’asthme.

Parfois, tous ces symptômes sont associés avec une grande fatigue voire un malaise et on parle alors de choc anaphylactique qui représente une véritable urgence vitale nécessitant d’appeler immédiatement le SAMU.

Comment confirmer le diagnostic en cas de suspicion d'allergie ?

Si votre enfant présente des symptômes évocateurs d’une allergie alimentaire, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin qui vous aidera à faire la part des choses et s’il y a lieu vous conseillera de consulter un allergologue. Pensez à prendre des photos des réactions de votre enfant pour pouvoir les lui montrer, et notez la chronologie des réactions et le type d’aliment consommé, sans hésiter à faire également une photo de la composition des aliments s’il s’agit d’un plat industriel.

Il n’y a pas d’âge minimum pour faire un bilan allergologique, que l’on pratique régulièrement chez des tout-petits nourrissons pour l’allergie aux protéines de lait de lait de vache. Le médecin allergologue vous posera de nombreuses questions sur les antécédents familiaux, les symptômes présentés et le type d’aliment incriminé. Ensuite il décidera s’il y a lieu de faire des tests cutanés qui seront fait en consultation, avec des résultats en 15 minutes environ.

Ces tests consistent à déposer sur la peau de l’avant-bras de votre enfant des extraits allergéniques, ou même des aliments frais. Ensuite le médecin utilise une petite pointe pour faire pénétrer l’allergène sous la peau, afin de voir si l’enfant réagit à l’aliment. On mesure ensuite le diamètre de la papule et de la rougeur qui l’entoure pour interpréter les tests. Parfois une prise de sang peut permettre de mieux préciser l’allergie et sa sévérité et de surveiller son évolution.

Certaines fois, pour affirmer le diagnostic d’allergie alimentaire, le médecin décidera de pratiquer un Test de Provocation Orale (TPO), qui reste l’examen de référence pour affirmer une allergie alimentaire. Il est pratiqué à l’hôpital et  consiste à faire consommer l’aliment par l’enfant, à doses progressivement croissantes, sous surveillance médicale stricte.

Que faire si mon bébé est allergique ?

Une fois que l’allergie est confirmée, il faut supprimer l’aliment ou les aliments responsables de l’allergie. Le régime sera prescrit par le médecin allergologue pour éviter l’apparition de carences et garder une alimentation équilibrée.

Il est important pour vous, parents, d’apprendre à lire les étiquettes et en vous méfiant des dénominations trompeuses. Par exemple, les parents d’un enfant allergique au lait doivent savoir qu’il peut être présent dans l’aliment sous la dénomination “caséine” ou “protéines du lactosérum”…

L’allergologue vous expliquera tout ça et vous remettra des documents écrits pour rappel. Il faut savoir qu’il existe une liste de 14 allergènes à déclaration obligatoire.

Si l’enfant allergique est gardé par une assistante maternelle, ou s’il va à la crèche ou à l’école, le médecin allergologue rédigera un PAI, ou Projet d’Accueil Individualisé, qui permettra d’assurer son accueil en toute sécurité.

Il vous expliquera aussi la conduite à tenir en cas de réaction allergique en fonction des symptômes présentés par votre enfant, et vous prescrira une trousse d’urgence pour pouvoir lui administrer les médicaments nécessaires.

Cette trousse sera aussi disponible chez la nounou, à la crèche ou à l’école. A l’issue de la rédaction du PAI, vous serez reçus par le médecin de la crèche ou de l’école pour bien préciser le type d’allergie présenté par votre enfant, et tous ces éléments seront transmis à l’équipe qui le prend en charge pour que tout le monde soit bien informé et sache comment réagir en cas de réaction allergique. Ce document écrit est réactualisé chaque année au cours de la consultation d’allergologie.

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles
pour tout savoir sur bébé !

De bons menus menus pour bébé ?
logo Blédipop
Téléchargez l’application
image oiseau
Besoin d’un conseil
pour bébé ?
Les experts Blédina répondent
À toutes vos questions
Contactez-nous
Vos produits chez vous !
logo Blédina e-shop
Livraison à domicile
chat Blédina