On mange mieux
quand on est curieux

Bébé découvre les repas à table en famille

A table avec les autres

En regardant les autres manger, se comporter, votre enfant enregistre et acquiert progressivement de bonnes habitudes. Au menu : plaisir et convivialité !

Votre enfant montre du doigt ce fruit qui semble lui plaire: « ça c’est une fraise mon chéri ». Il trouve le mot vraiment intéressant et ne se prive pas pour poser des questions sur les autres aliments présents à table. Ce jeu de questions-réponses est d’autant plus riche, que l’enfant parle ou commence à parler. Il met des mots sur des goûts, des couleurs, des formes et des textures.

Un moment idéal pour développer son sens du goût

Le repas familial est un moment privilégié pour approfondir ses connaissances culinaires en lui expliquant les produits de saison, la différence entre un légume et un fruit, mais aussi pour lui faire découvrir de nouveaux assaisonnements : de l’ail, de l’oignon, des échalotes, du persil ou de la ciboulette relèvent ses plats et ajoutent un peu de couleur, et du plaisir !

 C’est un moment privilégié pour lui faire approfondir ses connaissances culinaires

La place que la famille accorde aux repas est primordiale

Correctement assis sur sa propre chaise ou son rehausseur adapté et en toute sécurité, à table avec nous, le petit enfant acquiert de bonnes habitudes alimentaires et apprécie ce moment de convivialité partagé. Il a d’ailleurs « exprès pour lui » sa place attitrée, son assiette, son propre verre, et ses couverts. La place que la famille accorde au repas est primordiale et va participer à l’acquisition des bonnes habitudes alimentaires et comportementales.

La vie en collectivité, et les repas pris dans ce cadre, développent chez l’enfant sa curiosité alimentaire

Ensemble, on apprend mieux

La vie en collectivité, et les repas pris dans ce cadre, développent chez l’enfant sa curiosité alimentaire et permet de renforcer l’apprentissage des bonnes manières. Comme à la maison l’enfant constate que les gestes et attitudes sont identiques : on se lave les mains avant le repas, on utilise sa cuillère ou sa fourchette, on s’essuie la bouche, on demande à boire poliment…. On regarde comment font les copains, ce qui là aussi aiguise la curiosité du petit bout !

La gourmandise éveille les sens

« Hmmm… ça sent bon le poulet rôti ! » L’apprentissage de votre enfant n’est pas fini et à table, tous ses sens sont en alerte. Sa mémoire olfactive et visuelle est déjà riche mais sa curiosité sensorielle et son envie d’apprendre le rendent avide de nouvelles expériences. A nous de l’aider.L’odorat, un sens premier

Dès ses premiers instants, l’enfant reconnait sa maman avec son nez avant de se servir de sa vue, encore très imparfaite. Durant ses premiers mois de vie, il est en symbiose avec elle, dans un échange sensoriel permanent qui contribue à son développement moteur, cognitif et affectif. Plus grand, il continue à se servir de son odorat, particulièrement à table où se met en place un jeu d’association qui relie l’odorat, la vue, le toucher, l’ouïe et le goût. La mémoire olfactive est sans aucun doute l’une des plus durable.

Le jeu du « qu’est-ce que c’est ? »

En cuisine, pourquoi ne pas imaginer des activités d’éveil ludiques ? Un jeu simple consiste à couvrir les yeux du bout de chou et à lui demander de reconnaître certains aliments sans tricher, d’abord grâce à leur parfum, ensuite par leur goût. « Qu’est-ce que c’est ? » « Du chocolat ? Non, un sablé ». « Allez, goûte… Bravo, tu as gagné ! ». Les tout-petits apprécient particulièrement ; ils développent leurs répertoires olfactifs et assimilent toutes sortes d’informations tout en s’amusant.

Tous ces sens réunis permettent une meilleure mémorisation

Un registre sensoriel pluriel

Une fois les yeux rouverts, votre enfant découvre le sablé avec ses yeux, avec ses doigts. Un côté lisse et un autre plus rugueux : l’odorat, la vue, le toucher, l’ouïe et le goût se rejoignent. Tous ces sens réunis permettent une meilleure mémorisation

Votre enfant en voit de toutes les couleurs

Certains objets, certaines personnes, fascinent votre enfant qui, dès sa naissance, a toujours été très sensible aux expressions faciales. Il a désormais bien intégré le concept de couleur. Formes à encastrer, couleurs à classer lui plaisent plus que tout. Alors, en cuisine, on choisit des aliments aux couleurs vives et attirantes qui suscitent chez lui plaisir et enthousiasme.

Au menu, échange et partage pour bien grandir

Réunie autour du repas, la famille discute, se raconte la journée, commente les plats. Le petit écoute, mémorise, et focalise son attention sur tel ou tel sujet, parfois à notre grande surprise. Il entend de nouveaux mots, de nouvelles expressions et commence à se mêler à la conversation.La musique adoucit les mœurs

Sensible aux mélodies et aux rythmes dès la vie intra-utérine, votre enfant n’aura de cesse que de développer cette aptitude. Et si, comme le dit le dicton, « la musique adoucit les mœurs », elle a surtout le pouvoir d’accroître son niveau d’éveil. Elle suscite chez les tout-petits une émotion de plaisir qui va favoriser leur mémoire auditive et par la même occasion l’acquisition du langage. A table, c’est la musique des mots qui va le stimuler, et lui permettre de mettre en pratique ses capacités de mémorisation.

L’acquisition du langage

A 18 mois, grâce à l’évolution de sa perception sensorielle, votre enfant comprend désormais tous les mots qui ont un lien direct avec son quotidien. A 18/24 mois, il peut avoir jusqu’à 50 mots de vocabulaire et il assemble souvent deux mots, prémisse des phrases à venir. « Doudou tombé », « Doudou Maman ! ». Même si les mots qu’il prononce sont déformés, ses tentatives sont pleines d’audace. Alors on l’encourage à poursuivre ses efforts. On reformule les mots incorrectement prononcés mais on ne le force pas à les répéter. Ce n’est que vers 24 /36 mois  qu’il fera l’acquisition du « je ».

 Ses tentatives sont pleines d’audace, alors on l’encourage à poursuivre ses efforts

Le repas n’est plus un tête-à-tête

Désormais, le repas n’est plus un tête-à-tête entre votre enfant et vous, il a toute sa place à table. Il ne veut plus être considéré comme un « bébé » et le fait savoir à l’heure du repas. Il a envie de manger comme ses parents, cependant il ne faut pas oublier ses besoins nutritionnels spécifiques : limiter le sel et le sucre ajoutés, un apport suffisant en matières grasses….. Un repas préparé spécialement pour lui peut être refusé, alors on mange on s’adapte aux besoins de notre enfant !

En donnant place à sa parole, on facilite ses interactions avec les autres

Manger ensemble est un véritable apprentissage

Que de bonnes choses au moment des repas ! Votre enfant apprend à se servir d’une fourchette adaptée, à boire dans un  verre adapté, ce qui nécessite de bien coordonner ses gestes. Observateur, il se rendra vite compte que vous piquez ou écrasez les aliments, que sa grande soeur ne tient pas sa fourchette comme lui. Il écoute ce qu’on dit, apprend de nouveaux mots, tente d’intervenir. En l’aidant à s’exprimer, en donnant place à sa parole, on facilite ses interactions avec les autres, les échanges se multiplient. C’est un merveilleux moment de convivialité.

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Accueil > Bien nourrir bébé > Bébé découvre les repas à table en famille
Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous