On mange mieux
quand on est curieux
On mange mieux
quand on est curieux

À quel âge bébé mange seul ?

À quel âge votre bébé sera-t-il en mesure d’être autonome pour manger ? Quels aliments est-il préférable de lui donner pour lui simplifier la tâche ? Fourchette, cuillère, comment l’équiper ? Comment minimiser les dégâts pour éviter de passer 30 min en ménage après chaque repas ? En résumé, quand bébé sera-t-il capable de manger seul, et comment l’aider au mieux dans cette nouvelle acquisition ? Blédina répond à toutes vos questions et vous livre les astuces pour que votre petit convive profite au mieux des joies de la tablée !

Quand bébé pourra-t-il manger seul ?

Vous vous en doutez, il n’y a pas de réponse précise à apporter à cette question : bébé pourra manger seul… quand il sera prêt ! Et ce sera quand ? Quand il aura acquis la motricité fine lui permettant d’être autonome pour manier la cuillère, la remplir de nourriture et la mener jusqu’à la bouche. Généralement, ces acquisitions sont réalisées autour de 15 mois, mais certains enfants y parviennent avant, alors que d’autres, qui apprécient aussi l’accompagnement parental, prennent leur temps sur le chemin de l’autonomie.

 

Nul besoin de forcer un enfant qui n’a pas envie ; au contraire, cela pourrait le bloquer. Mais il existe des petites astuces pour lui faciliter la tâche…

Bien installé

Pour manger seul, un bébé doit être bien installé : assis, le dos droit, en toute sécurité. S’il a une chaise haute, attachez-le systématiquement, surtout si vous n’êtes pas tout à côté de lui pour lui donner la becquée. S’il mange à la table familiale, assis sur un réhausseur, attachez-le également, bien sûr, et assurez-vous qu’il est à la bonne hauteur, c’est-à-dire qu’il peut facilement accéder à son assiette sans devoir lever exagérément les bras.

À table en famille !

On apprend tous de nos aînés… Pour apprendre à manger, votre bébé va vous observer et vous imiter. Veillez donc à respecter de bonnes habitudes, qui feront de lui (et de vous !) un mangeur serein et épanoui :

  • pas de grignotage entre les repas (quatre repas pour votre bébé : petit déjeuner, déjeuner, goûter et dîner),
  • on mange assis, en étant tout entier à ce que l’on fait (bannissez tous les écrans de l’univers de la table – télévision, portable, tablette…),
  • on prend le temps de mâcher, condition essentielle à une bonne digestion (pour les parents, le mieux est de penser à poser sa fourchette entre chaque bouchée, pour s’obliger à bien mastiquer),
  • on veille à faire du repas en famille un moment de pause agréable, convivial et de partage.

Une cuillère adaptée

Le but est de tout faire pour faciliter les premiers essais de bébé. Ne commencez donc pas à lui confier une fourchette, qui nécessite un niveau de motricité fine plus développé que la cuillère. Cette dernière est parfaite pour débuter. Choisissez une cuillère en plastique qui ne fera pas mal à l’enfant s’il ne trouve pas sa bouche du premier coup, dotée d’un manche rond facilement préhensile.

 

Pour l’entraîner, n’hésitez pas à lui confier la cuillère au cours de la journée, en dehors des repas, afin qu’il puisse s’habituer à la saisir et à la porter à la bouche.

 

Lorsque votre enfant maîtrisera bien le maniement de la cuillère, vous pourrez lui proposer une fourchette. Il devra alors apprendre un autre geste, qui consiste à piquer. On n’en finit jamais d’évoluer !

Les astuces propreté pour bébés aventuriers

Forcément, au début de son apprentissage, bébé va tâtonner, renverser le contenu de sa cuillère à côté de son assiette, manger avec les doigts, tacher ses vêtements, répandre des miettes partout autour de lui, et laisser sur son siège des morceaux de pain mâchouillés et écrasés en souvenir… Pour ne pas passer trop de temps à faire le ménage après son repas, et surtout ne pas vous stresser à ce sujet, quelques astuces s’imposent !

  • Pensez au bavoir plastifié avec manches intégrées pour vous épargner des lessives à répétition. Un coup d’éponge suffira à nettoyer les dégâts. Même pas peur de laisser votre enfant plonger ses mains avec délectation dans sa purée ! Comment ça, c’est mal élevé ? Pour nous, adultes, les conventions le disent, mais pour un petit en pleine découverte sensorielle, c’est très important de pouvoir appréhender ce qu’il va ingérer avec les doigts, pour se familiariser avec la texture. Laissez-le donc patouiller sa nourriture en paix, sa belle chemise est protégée !
  • Anticipez les chutes d’aliments, et placez une nappe plastifiée sous sa chaise haute ou son siège rehaussé. Ainsi, vous pourrez récupérer facilement tout ce qui y est tombé.
  • Pour ceux que le plastique rebute, saupoudrez le sol de graines de couscous ou de riz, avec du bicarbonate de soude, avant de balayer : cela évitera que les miettes restent collées au balai !

Que faire si bébé refuse de manger seul ?

Comme toute nouvelle acquisition, le fait d’apprendre à manger seul prend du temps, avec des phases de progrès intenses, mais aussi des retours en arrière. Il se peut que, lors de certains repas, votre enfant n’ait pas envie de se débrouiller seul, par fatigue ou pour attirer votre attention. Dans ce cas, ne le forcez pas, le but n’est pas de provoquer un conflit à ce sujet. Essayez de prendre le temps de lui donner à manger quand il en exprime le besoin. Cette petite entorse à son autonomie ne constitue absolument pas une régression, et votre bébé sera ravi de reprendre les rênes au prochain repas ! Continuez à l’encourager patiemment dans son apprentissage, c’est la clé du succès.

Et s’il refuse de manger ?

Il est possible également que votre enfant refuse de manger même si vous l’aidez et lui proposez la cuillère. Ne vous alarmez pas, c’est tout à fait normal et même rassurant : votre enfant entre dans la phase du non et de l’affirmation de soi. C’est nécessaire, mais un peu douloureux pour les parents…

 

Surtout, ne vous énervez pas, vous ne feriez qu’ancrer le conflit. Expliquez à votre enfant que manger est un moment agréable, faites-lui des blagues avec la cuillère pour dédramatiser, et n’insistez pas. S’il a faim, vous rapprocherez l’heure du repas suivant. L’important est qu’il continue à bien grandir… et qu’il traverse vite cette période d’opposition !

Que lui donner ?

À cet âge, les molaires des bébés ont commencé à sortir : votre bébé est donc à présent capable d’écraser des morceaux offrant plus de résistance (viande, crudités…). Cela vous permet de lui proposer une multitude de plats aux goûts, saveurs et textures variés, pour enrichir sa palette sensorielle. Sachez cependant que l’art de la mastication ne s’acquiert pas du jour au lendemain : il ne sera maîtrisé qu’à l’âge de 6 ans environ. Un enfant peut donc être rebuté par certains types de textures moins faciles à s’approprier. Si votre petit semble refuser un plat en raison des difficultés qu’il a à l’ingérer, commencez par recouper les portions en plus petits morceaux et prenez le relai pour le nourrir, en l’encourageant avec des paroles positives.

Du lait

Jusqu’à l’âge de 3 ans, le lait demeure l’aliment central du régime alimentaire de l’enfant. Privilégiez le lait de croissance, mieux adapté à ses besoins. Un petit bout âgé entre 18 et 36 mois doit consommer 500 ml de produits laitiers par jour, quelles qu’en soient les formes (biberons, yaourts, petits suisses, gourdes lactées…). Petit déjeuner, déjeuner, goûter et dîner, à chaque repas son apport lacté !

Des fruits et légumes à volonté

À partir de 18 mois, tout est permis… ou presque ! En ce qui concerne les légumes secs, il est préférable de les proposer mixés. Quant aux fruits exotiques, soyez vigilant au profil allergique de votre enfant avant de les introduire, et parlez-en au préalable avec votre médecin.

 

Pour tout le reste, veillez à varier les plaisirs et à faire goûter une large palette de goûts à votre enfant, pour l’éduquer à une richesse sensorielle dont il profitera plus tard. Crudités, légumes en soufflé, en gratin, à la vapeur, en purée… déclinez-les sous toutes les formes !

Des protéines animales à midi

Elles sont essentielles au bon développement de votre enfant. Mais n’en abusez pas : chaque jour, il n’a besoin que d’un repas protéiné sur quatre, de préférence au déjeuner. Variez les recettes en alternant des œufs (une à deux fois par semaine), du poisson maigre (une fois par semaine), du poisson gras (une fois par semaine) et de la viande, de préférence maigre (aux autres déjeuners).

Des féculents

Souvent très appréciés par les enfants en raison de leur capacité à caler les grosses faims, ils sont à décliner à tous les repas :

  • du pain ou des céréales infantiles au petit déjeuner,
  • des pommes de terre, du riz, de la semoule, du boulghour, etc. au déjeuner et au dîner,
  • une tartine de pain ou des gâteaux adaptés au goûter.

Des matières grasses

Les matières grasses (ou lipides) sont importantes pour la construction du cerveau des bébés. Privilégiez un mélange d’huiles végétales, ou une noisette de beurre, de temps en temps.

Côté boisson

Il est primordial d’hydrater suffisamment un petit enfant, surtout en période de forte chaleur ou quand il a de la fièvre. Veillez donc à lui proposer régulièrement à boire, soit dans un biberon, soit dans une tasse à bec qu’il pourra renverser sans s’inonder. Mais ne lui donnez rien d’autre que de l’eau. Les boissons sucrées ou les sodas sont déconseillés à son âge, car ils entraînent une addiction au sucre néfaste à sa santé.

Peut-on continuer à donner des petits pots à un enfant de plus de 18 mois ?

Bien sûr ! Les petits plats blédina sont cuisinés dans le plus strict respect des normes relatives à l’alimentation infantile et conviennent parfaitement aux besoins de votre « grand bébé » :

  • Ils sont cinq fois moins salés qu’un plat correspondant fait maison.
  • Ils sont élaborés à partir de légumes contenant de très faibles résidus de pesticides.
  • Ils sont exempts d’additifs.
  • Leur étiquetage permet d’identifier facilement les substances allergisantes potentielles.

Le menu type d’un enfant entre 18 et 36 mois pour couvrir ses besoins nutritionnels

Petit déjeunerDéjeunerGoûterDîner
Produit laitier250 ml de Blédilait croissance+1 produit laitier ou yaourt, ou fromage frais adapté à l’âge250 ml de Blédilait croissance+1 produit laitier ou yaourt ou fromage frais adapté à l’âge
Protéines animales30 g de viande ou de poisson mixés ou 1 œuf dur
Légumes200 g de légumes en morceaux200 g de légumes en morceaux
Féculents20 g de céréales Blédine® Croissance ou 1 tartine de pain beurré

+/- confiture

50 g de féculents (environ 2 c. à s. après cuisson)1 ou 2 biscuit(s) adapté(s) à l’âge50 g de féculents (environ 2 c. à s. après cuisson)
Fruits1 fruit1 fruit1 fruit1 fruit
Matières grasses1 filet d’un mélange d’huiles végétales ou 1 noisette de beurre1 filet d’un mélange d’huiles végétales

 

Top {{options.articles.limit}} des articles
{{category.name}}

Nos articles pour
tout savoir sur bébé !

Alimentation, sommeil…
Des conseils
pour votre ?
Contactez-nous